Anthem School  Index du Forum
Anthem School
Bienvenue. Anthem School est un forum RP, vous incarnerez un personnage masculin ou féminin, élève ou professeur de ce lycée bourgeois réputé.
 
Anthem School  Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Sous sol du lycée, débarras
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Anthem School Index du Forum -> Anthem School : L'intérieur du lycée. -> Le hall et les couloirs.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Eliott Norels
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2009
Messages: 216
Âge: 19 ans.
Sexe: Masculin

MessagePosté le: Mer 16 Mar - 00:00 (2011)    Sujet du message: Sous sol du lycée, débarras Répondre en citant

Fin de journée, 21H00. Les couloirs du lycée étaient en grandes parties déserts étant donné que la majorité des élèves se trouvaient au refectoire pour le repas du soir. Eliott était de ceux qui mangeaient tôt pour éviter la monstrueuse foule d'affamés, du moins quand il ne devait pas sauter son repas pour aller travailler après les cours. Il était passé aux casiers déposer ses affaires de cours pour le lendemain matin et se dirigeait d'un pas lent vers le hall du lycée.

Le hall était un endroit luxurieux, à la décoration subtile. Il se présentait sous la forme d'un espace circulaire dominant au centre, à l'avant la porte principale qui menait sur la cours et les passages vers les bâtiments d'internat. A l'arrière se trouvaient les escaliers qui menaient aux étages des salles de cours et de la bibliothèque. S'il l'on se dirigeait dans le couloir de droite, on pouvait trouver les bureaux administratifs, la salle des professeurs ainsi que tout au bout, les casiers disposés en rangée. Tandis que si l'on empruntait le couloir de gauche, on pouvait accéder au refectoire et à l'infirmerie.

C'est vers la porte principale que Eliott Norels se dirigeait. Ce soir là, il n'avait pas dîné avec son colocataire. Après tout, ils n'étaient pas obligés de rester collés ensembles 24h/24. Alors qu'il posait sa main sur la poignée dorée, une lourde main pleine de gros doigts se posa sur son épaule. Peu friand de ce genre de contact, l'étudiant se tourna brusquement en repoussant l'intrus d'un revers de la main. Et quelle mauvaise surprise de se retrouver nez à nez avec la grosse armoire à glace de l'épisode des toilettes. Oh oui, il en gardant un souvenir amer de ce gars là. Toutefois, il garda une expression des plus neutres.

« Quoi. » dit-il, sèchement.

Le gorille affichait un sourire mauvais. Surement aussi mauvais que son hygiène corporelle. Sa grosse main moite se posa sur la porte, à côté de l'épaule du chatain. Sans doute essayait-il d'avoir l'air dominant.

« T'as pas sorti ton clébard ce soir, Norels ? »

L'étudiant n'appreciait guère que l'on qualifie son ami de "clébard", sous prétexte que celui-ci se montrait protecteur à son égard.

« Personnellement je trouve que, physiquement, c'est toi qui te rapproche le plus du Bull Terrier. En tout cas : les poils et l'odeur tu les as. » ajouta t-il, sourire narquois aux lèvres.

La grosse brute tiqua. Ne trouvant rien à répondre, il rétorqua par une gifle avant d'empoigner le bras du châtain. Typique d'un gros porc sans cervelle. Cependant, Eliott aurait donné n'importe quoi pour que Keith soit présent à ce moment précis. Il fallait vraiment qu'il demande des cours de self-défense à Samuel Lee. Ca commençait à devenir une habitude qu'il se fasse tabasser, et ça commencait également à devenir humiliant.

« Fais pas le malin le bourge, ça me démange de t'éclater ton petit minois. »
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mer 16 Mar - 00:00 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Andy Dream


Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2011
Messages: 66
Âge: 17 ans
Sexe: Masculin

MessagePosté le: Mer 16 Mar - 00:39 (2011)    Sujet du message: Sous sol du lycée, débarras Répondre en citant

Le Soleil se coucha paisiblement tandis qu'Andy était complètement exténué de sa journée peu palpitante, au contraire, barbante à souhait. Il se traina comme une serpillère jusqu'à sa chambre avec une lenteur à se faire dépasser par une tortue. Le jeune noireau, arrivé à destination, balança son sac sur son lit puis se laissa tomber à son tour juste à côté. Il était bien pensif et se demandait quand allait-il enfin avoir un colocataire pour partager ces lieux ? A force de supporter la solitude, ça commençait vraiment à le peser. Sa nostalgie réapparut en repensant à Keith K. ainsi qu'à Eliott... Aaaahh, il serait peut-être temps de mettre à jour toute cette histoire, non ? Les jours avaient défilé sur son calendrier, sans qu'il ne s'en rende compte pour autant, c'est sûrement son ennui qui le tuait trop à chaque heure de cours ou plutôt, de torture du cerveau. Il avait une liste de devoirs qu'il ne faisait jamais d'ailleurs, passant pour un cancre mais sans aucun regret, il s'en fichait de comment les autres le voyaient puisqu'ils ne le connaissaient pas. Derrière cette apparence de gamin écervelé se cache en réalité un jeune homme très intelligent. Mais ça, tout le monde semble l'ignorer. A quoi bon montrer ce qu'on vaut si c'est pour recevoir une étiquette d'intello' ?  Pff... Pitoyable.

Quoiqu'il en soit, il fallait qu'il se bouge à nouveau. Il se leva aussi lentement qu'à ses pas précédents puis se secoua enfin avant d'atteindre la sortie de sa chambre. Il ferma la porte à clé avant de s'en aller bredouille, recherchant à nouveau Eliott mais sous une nouvelle intention bien sûr. Il se décida à finalement franchir le cap' et à présenter ses excuses, publiquement s'il le fallait, l'opinion des gens lui importait peu. Mais allait-il le trouver ? Il est 20h50, il doit sûrement vagabonder dans les alentours.

*Merci le Club de Journalisme pour ces précieuses info's !*

Pensa-t-il ironiquement. Il ne pouvait s'empêcher de tirer une grimace de dégoût en repensant à ces personnes qui se sont jouées de lui pour leur propre intérêt. Pour Andy, ce n'était rien de plus que des lâches sans aucune fierté, utilisant les autres sans scrupule pour arriver à leur fin... Pourtant, c'est ce que le jeune noireau avait démontré à Eliott et Keith au tout début...

*Raaah ! Quelle honte...*

Pensa-t-il à nouveau tout en baissant la tête avec un air blasé et toujours aussi exténué. Il allait limite faire tous les couloirs ainsi que tous les lieux de l'établissement si ça continuait, aucune trace du bourgeois. Andy regarda une nouvelle fois sa montre qui lui pointa 21h00. Déjà dix minutes qu'il a perdu en ne trouvant personne, il n'a pas croisé un chat... Apparemment c'était l'heure de manger, ils mangent bien tard dans ce Lycée... Bref. Il fit les couloirs des dortoirs avant de se décider à passer par le hall. 21h10, encore une dizaine de minutes de perdues ! Il jète un rapide coup d'oeil au lieu principal et surtout très luxueux de l'établissement. Il pu entendre des voix qui lui rappelaient quelqu'un... Serait-ce... ?

Il se précipita jusqu'à elles... Une très mauvaise surprise se prépara. Il tomba sur Eliott, certes. Mais également sur le géant qui l'avait fracassé à l'épisode des toilettes plus du tout immaculées d'ailleurs. Il eut le coeur qui se serra mais ne pouvait pas rester là sans rien faire une nouvelle fois ! Il fallait qu'il réagisse, il prit son courage à deux mains et...

"- Hey toi ! Espèce d'ordure ! Laisse-le !"

S'écria-t-il d'un ton ferme même si ça ne collait pas du tout avec son physique de petit toutou docile et doux. Il sortit ses griffes avant de bondir jusqu'au géant qui l'avait tant effrayé. Il mit sa peur de côté pour enfin se décider à faire quelque chose de bien dans cette école ! Il lui sauta dessus tout en essayant de le bourrer de coups de poings, ce qui ne semblait pas lui faire grand effet. Il tenta le tout pour le tout avant de se faire prendre comme une larve puis d'être balancé violemment contre un mur.

"- Microbe, je vais t'exploser ta belle petite gueule, je vais te refaire le portrait, t'vas rien comprendre ! T'inquiète Norels, ton tour viendra. Héhé..."

Dit-il avec un air encore plus sadique que l'autre fois avant de foncer tout droit vers Andy et de lui faire pleuvoir des coups dans tous les sens. Allant des poings jusqu'aux pieds. Lui aussi aurait fini bien amoché...
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Eliott Norels
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2009
Messages: 216
Âge: 19 ans.
Sexe: Masculin

MessagePosté le: Mer 16 Mar - 01:26 (2011)    Sujet du message: Sous sol du lycée, débarras Répondre en citant

« Hey toi ! Espèce d'ordure ! Laisse le ! »

Cette petite voix faiblarde, Eliott la connaissait. Un coup d'oeil derrière le gros débile, et en effet, le microbe miniature se trouvait là. Visiblement, il voulait jouer le héros. Ce gamin aurait mieux fait de tracer sa route, ça lui aurait évité des ennuis. Et c'est d'ailleurs ce qu'il se passa. Alors que le petit brun se jeta sur le monstre. Une vraie attaque de fillette, mais ça avait le mérite d'être une action concrète. Après tout, le petit moucheron tentait de lui venir en aide en se plaçant lui-même dans une situation délicate. Cependant, la différence de taille, de corpulence et de force entre les deux garçons n'était pas négligeable. Autant Eliott pouvait encaisser les coups, mais Andy se ferait briser en deux sans aucune difficulté.

Le gros tas de muscle aggripa les vêtements du noireau et le propulsa violemment contre le mur. De ses pas lourds puants la testostérone, il se dirigea vers sa nouvelle victime.

« Microbe, je vais t'exploser ta belle petite gueule, je vais te refaire le portrait, t'vas rien comprendre ! T'inquiète Norels, ton tour viendra. » 

Dit-il en ricanant comme un détraqué attardé. Que son tour viendrait, il n'en doutait pas une seconde, puisqu'il ne comptait pas laisser la petite chose fragile se faire démolir sans lever le petit doigt. Le grand brun s'acharnait à donner des coups de pieds dans l'abdomen du nain de jardin, désormais couché au sol par la douleur.

En une fraction de seconde, Eliott se retrouva à sa portée. D'un geste vif, il porta un violent coup de pied dans le tibia du gros macaque alors qu'il s'apprétait à porter un énième coup à sa proie.
Celui-ci se mit à gémir de douleur, mais le répit ne fut que de quelques secondes. Le bras lourd, il empoigna à nouveau le bras du châtain et lui porta un coup de poing au visage. Son beau visage, là il était bon pour garder des marques.

« C'est tout ce que tu sais faire ? Mauviette. »

S'il n'était pas costaud physiquement, Eliott bénéficiait de nerfs d'aciers et d'une force mentale à toute épreuve. La main du grand brun se resserra fortement sur le bras de l'étudiant. Bras qui auparavant s'était retrouvé brisé par la fureur d'un chasseur en furie. Il serra les dents et ne détacha pas son regard de celui de son ennemi.

« T'as pas fini d'en baver Norels ! » s'écria t-il en portant deux nouveaux coups de poings dans son visage.

Il etouffa un gémissement de douleur. Décidemment, s'il ne finissait pas défiguré avant la fin de l'année, il pourrait se vanter d'être invincible. Mais c'était déjà mal parti. Un bleu commencait déjà à apparaitre sur sa pomette, son nez recommencait à saigner et sa lèvre s'était ouverte. Comment allait-il pouvoir draguer avec une tête pareille ? Et pourvu que sa chemise ne se fasse pas pourrir encore une fois. Tout sauf la chemise ! Mais le destin de la dite chemise était déjà tout tracé. Le gorille empoigna le col de Eliott d'une main, tandis que l'autre vint aggriper les cheveux du petit brun qui crachait ses poumons.

« Vous allez bien vous marrer les p*dés, je viens d'avoir une bien bonne idée. »

Ca alors, une idée. C'était possible ça ? Visiblement oui, puisqu'il traina les deux garçons jusqu'aux escaliers. Mais à la grande surprise du châtain, ils empruntèrent les escaliers du sous-sol, endroit strictement interdit aux élèves. Eliott put admirer la sinistre décoration faites de béton et d'humidité, un bien grand contraste avec le raffinement du hall d'entrée. C'est au bout du couloir du sous sol que s'arrêta la marche du barbare, face à une porte en métal abimée. En quelques secondes, la grosse brute avait ouvert la porte et balancé sauvagement les deux adolescents dans une pièce sombre remplies de vieux pupitres poussiéreux.

Eliott Norels se redressa et posa un regard noir sur l'abruti congénital qui les avaient trainés là de force. Et sans dire un mot, celui-ci claqua la lourde porte tandis qu'un bruit de vérou métallique se fit entendre. Le châtain avala sa salive, une goute de sueur perla sur son visage.
L'étudiant se précipita presque instantannément sur la porte mais impossible d'y trouver une poignée. Nerveusement, il porta un coup contre le métal froid alors que le rire gras de l'attardé resonnait dans le sous sol en s'éloignant progressivement.

« Ben là... On est dans de beaux draps... » dit-il d'une faible voix.

Visiblement, il s'agissait du débarras du matériel usagé de l'école. En gros, les trucs trop vieux et trop moches qui font tâches dans une école prestigieuse. Les bureaux entassés étaient recouverts de toiles d'araignées, de traces d'humidité et de poussière.

Eliott porta son regard sur le petit moucheron, qui avait l'air plus secoué que blessé.


_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Andy Dream


Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2011
Messages: 66
Âge: 17 ans
Sexe: Masculin

MessagePosté le: Mer 16 Mar - 02:38 (2011)    Sujet du message: Sous sol du lycée, débarras Répondre en citant

Les coups portés par le loubard n'étaient pas des plus tendres, à vrai dire, Andy compatissait face à ce qu'Eliott a supporté fièrement lors de la partie des toilettes maintenant censurées pour un bon moment. Le sang s'était sûrement bien incrusté aux murs ainsi qu'au parquet depuis le temps. Bref, le jeune noireau faisait en sorte de se protéger un maximum pour contrer les attaques furtives du gorille, histoire que son aîné châtain puisse profiter de cette ouverture pour s'en aller, vu qu'il n'accorde aucune importance au cadet visiblement. Mais les choses ne se sont pas passées comme prévu... Le bourgeois eut le réflexe de taper là où ça fait mal, en s'interposant au milieu de cette pluie de coups d'acier.

*P... Pourquoi ?*

Pensait Andy avant de cracher quelques gouttes de sang sous le regard neutre des deux hommes. Le gros dur lui avait foutu un coup bien violent dans le ventre, ce qui lui donnait la nausée à en devenir plus blanc qu'il ne l'était. Il toussait toutes les cinq secondes et ses membres tremblaient comme si le jeune homme était apeuré alors que non, il était surtout bien secoué... Quelques bleus avaient le temps de prendre certains endroits de son petit corps frêle. Du haut de ses 1m65, il était clair qu'il n'aurait pas pu rivaliser bien longtemps face à cette masse de muscles encore frais mais bourrés de cachetons pour lui donner de faux airs à la Schwarzenegger. Que de membres bourrés de protéines mais aucune matière grise... Et après ça se la joue, je vous jure...

Le cadet ne pouvait pu se bouger ni rien pour le moment, limite si il pourrait employer la moindre syllabe... Il a le visage encore à peu près normal, mis à part un filet de sang qui coule doucement au coin de ses lèvres... Il recrachait ses poumons avec difficulté mais sans retenues. On pouvait apercevoir une petite marre de ce liquide rougeâtre de là où étaient les deux hommes, Norels ainsi que le gorille. Ces deux-là s'échangeait de légères paroles pour en finir avec les poings, les genoux et les pieds dont finiront tâchés leurs pauvres vêtements... Le bourgeois ne cessait de le provoquer en l'insultant de mauviette et en le trouvant soit-disant trop doux à son goût. Puis, soudain, le loubard aurait une mauvaise nouvelle à annoncer à ses deux casses-pieds de service préférés...

"- Vous allez bien vous marrer les p*dés, je viens d'avoir une bien bonne idée."

*Hein... ? De quoi parle-t-il encore ce fumier... ?!*

Une idée ? Genre ce gros lourdaud peut réfléchir... A moins que ça ne soit un piège pour les distraire. Qu'importe, le plus important serait de se sortir de cette situation... On ne peut pas imaginer pire d'ailleurs, finir en miettes de cette façon serait une honte pour eux. Le cadet sentit ses cheveux lui tirer violemment le crâne, qu'a-t-il donc en tête ?! Il veut devenir coiffeur ou arracheur de tifs ? Pour le moment, Andy ne pouvait que serrer ses dents pour s'empêcher d'hurler de douleur. Il en valait de même pour Eliott qui se faisait également trainer comme si ils étaient des serpillères voir même des balais usagés. Le pire serait-il encore à craindre ? Le gorille les tira jusqu'au sous-sol apparemment... Pourquoi ?

*Putain... C'est quoi son délire ?!*

Pensa-t-il avec crainte. Ca sent le mauvais coup à plein nez comme dirait l'autre. Le gorille arrivera devant une grande porte blindée et en féraille qu'il parvient à ouvrir sans trop de soucis. Il y poussa ses deux prisonniers avant de la refermer tout en gloussant tel un pigeon content. Il s'éloigna de la prison de fer, son rire se faisant de plus en plus sourd. Eliott prit quelques secondes avant de réaliser ce qu'il venait de se dérouler, tout comme Andy. Le bourgeois accourut tout droit jusqu'à la porte qui semble impossible à ouvrir. Le cadet pouvait entendre son aîné dire tout bas...

"- Ben là... On est dans de beaux draps..."

Malgré la situation, Andy se décida de se jeter à l'eau, même si rien ne pourrait le permettre, de toute façon, pour tenter de sortir d'ici, il faudrait que quelqu'un puisse les entendre déjà. Ce qui parait pratiquement inaccessible comme idée. Le cadet se mit en face du bourgeois et lui dit...

"- Je sais que le moment est mal choisi... Mais si je suis venu jusqu'à toi, c'était à la base pour te présenter mes excuses... Je tiens toujours à me faire pardonner, qu'importe ce qu'il m'en coûtera. Et aussi je... AAAAAHHHH !!!!"

Andy remarquait les toiles d'araignées qui décoraient elles aussi la pièce complètement oubliée. Quelques unes de ces petites bêtes se baladaient de gauche à droite, sans de réels objectifs. C'est en en croisant une que le cadet aurait piqué une vraie crise d'hystérie. Arachnophobe, c'est le cas de le dire. Apparemment, il aurait rendu sourd Eliott et en pensant à tout ça, un frisson lui glaça le sang, d'ailleurs, il en avait toujours au coin de sa bouche pour ne pas changer. Andy se doutait qu'il n'y aurait pas de réseau dans un lieu pareil mais il vérifia tout de même et ses soupçons sont dorénavant bien justifiés.

"- Pas de réseau... Quelle poisse !"

Dit-il comme pour changer de sujet après son cri de fillette que même un sourd aurait pu entendre tellement il pourrait rendre fou. Il afficha tout de même une mine inquiète qui se transforma en boudin, comme un enfant à qui on aurait refusé de lui acheter des bonbons, seulement là, il se sentait ridicule et honteux d'avoir été d'aucun secours, comme d'habitude. Il tremblait à nouveau, un beau mélange de peur mais surtout à cause du froid des lieux mal isolés.
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Eliott Norels
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2009
Messages: 216
Âge: 19 ans.
Sexe: Masculin

MessagePosté le: Mer 16 Mar - 16:00 (2011)    Sujet du message: Sous sol du lycée, débarras Répondre en citant

Le microbe daigna se déplacer jusqu'au châtain et se positionna en face de lui, l'air determiné.

« Je sais que le moment est mal choisi... Mais si je suis venu jusqu'à toi, c'était à la base pour te présenter mes excuses... »

En effet, le moment était mal choisi. Et au lieu de chercher à se faire pardonner comme une fillette, le petit brun ferait mieux de chercher un moyen de sortir de cette sale situation. D'une part, l'endroit était abominablement sale, et d'autre part il y faisait un froid morbide.

« On verra ça plus tard, c'est pas le moment comme tu dis. »

Eliott essuya le sang sous son nez d'un revers de la manche et le repoussa doucement pour se diriger au fond de la pièce, inspecter le mur derrière le tas de tables abîmées. Il ne comptait pas passer la nuit ici, encore moins avec ce truc qui parle et qui pleure tout le temps.

« Je tiens toujours à me faire pardonner, qu'importe ce qu'il m'en coutera. Et aussi, je... AAAAAH !!! »

Si seulement il avait arrêté de parler pour se taire définitivement et non pour hurler. Le châtain se tourna vers le mioche pour voir ce qu'il en était. Une petite araignée insignifiante se dandinait diaboliquement au bout de son fil, juste devant le nez du petit brun. L'expression dure sur le visage de l'étudiant laissa place à un maigre sourire moqueur.
Du bout des doigts, il attrape la toile d'araignée et la dirigea vers un tas de table. La bestiole s'en alla à toute vitesse dans un sombre recoin.

Si le moment avait été amusant, il espérait que le morveux n'allait pas hurler tout le long de leur séjour dans ce trou à rat. Ca résonnait, et ça risquait de lui pomper l'air sévèrement. Le dit morveux s'empara de son téléphone mais afficha une mine déçue.

« Pas de réseau, quelle poisse ! »

Eliott se mit à déplacer les vieilles chaises et tables entassées au fond de la pièce. Peut-être y avait-il quelque chose d'utile derrière. Un disjoncteur pour plonger le lycée dans le noir, ou bien une trape, ou bien... Il soupira et regretta amèrement de ne pas avoir passé la soirée avec Keith Kristin. Au fond, il était bel et bien un garde du corps et sans lui la châtain se retrouvait bien vulnérable. Il se maudit d'être aussi faible. De son tic nerveux habituel, il se mordit la lèvre et se laissa glisser le long du mur.

Le sol était froid et humide. Son regard se posa au plafond. Il resta silencieux un instant.

« ... Tu t'appelles Andy, c'est ça ? »

Bon, puisqu'il allait sans doute rester un moment enfermé avec ce microbe, autant lui tenir la conversation. Bien qu'il ne supportait pas les gamins pleurnichards et incapables de réflechir seuls.

* Pitié, faites qu'on passe pas la nuit ici. Keith ! *

Après tout, son ami allait bien finir par s'inquiéter de ne pas le voir revenir dans la chambre. Du moins, il l'espérait. Avec un peu de chance, des élèves avaient été témoins de la scène avec la grosse brute. Sinon, il risquait de rester ici un bon moment. Il semblait que personne ne soit venu par ici depuis des lustres.
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Andy Dream


Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2011
Messages: 66
Âge: 17 ans
Sexe: Masculin

MessagePosté le: Mer 16 Mar - 20:40 (2011)    Sujet du message: Sous sol du lycée, débarras Répondre en citant

L'ambiance était bien pesante, des toiles d'araignées pendaient de tous les côtés ainsi que les bestioles nommées... Le froid était insupportable et ils devront y rester pendant un bon moment malheureusement.

*Brrr... Humidité de merde va.*

Pensa-t-il d'un air des plus agacés, mais il n'affichait pas ses expressions peu agréables comme le faisait si bien Eliott. Comment pourront-ils se sortir de cette situation ? Apparemment, le seul témoin restait leur agresseur. Mais bon, l'espoir fait vivre comme on dit. Après la scène de l'araignée malveillante dont le bourgeois s'était si bien débarrassée en l'emmenant loin du cadet, ce dernier réfléchissait à un moyen pour ne pas avoir à passer également la soirée dans ce trou, déjà que sa journée était bien pourrie, il ne manquerait plus que ça pour clore le tout. Pas de réseau, ni quoique ce soit pour attirer l'attention jusqu'à eux, c'était mal parti pour s'en tirer aussi vite.

Andy fit une expression réfléchie et sérieuse, pour une fois, peut-être que le bourgeois changera d'opinion à son sujet ? C'est loin d'être un gamin qui ne sait que chialer et se plaindre à longueur de temps, ce n'est qu'une image. Il aida Eliott à déblayer les meubles qui masquaient la surface du mur, mais à part plonger le Lycée dans le noir complet, que faire ? Sauf si bien entendu, certains auraient la bonne idée de venir dans un lieu aussi oublié que celui-ci... Il voyait son aîné se laisser glisser jusqu'au sol, contre le mur, puis rompre le silence par...

"- ... Tu t'appelles Andy, c'est ça ?"

Demanda-t-il, l'air toujours aussi fermé mais bon, qu'il accepte de lancer une discussion c'est déjà bien.

"- Oui. J'espère qu'au moins, ça remplacera le "gamin" habituel."

Répondit-il sans plus de sympathie. Il n'allait pas non plus lui lécher les bottes, même si il était en tort, il faut savoir tourner la page donc inutile qu'il soit gentil envers lui si ce n'est pas réciproque. Il sera aussi froid qu'un glaçon si il le fallait. D'ailleurs, il se décida à s'asseoir lui aussi, non loin du bourgeois, à un mètre de lui et sur le côté. De toute façon, la pièce était plutôt restreinte, donc il ne pouvait pas aller bien loin. Le froid que donnait le pièce lui donna un frisson brutal dans tout le dos, ce qui le fit limite "sursauter". Andy se cala enfin bien contre son bout de mur puis se décida à rompre à son tour ce silence qui le faisait tant bouillir...

"- Dis-moi, pourquoi es-tu venu dans ce Lycée ? Tu as un objectif en particulier ?"

Il n'avait pas réellement de questions en tête, mais celle-là restait la plus fréquente puisqu'elle lui paraissait pas trop indiscrète. Et puis, il ne tenait pas à le froisser d'avantage, il compte faire des efforts mais il faut que ça soit donnant donnant, donc le reste est à voir... Pour calmer les tensions, il en rajouta en souriant...

"- Sinon, tu fais quoi en dehors des cours ? Ne me dis pas que tu fais que travailler non stop. Tu fais une activité ?"

Sa curiosité poussait un peu trop mais bon, autant lancer des sujets tant qu'à faire, sinon, il se pourrait que ça soit aussi barbant que ses cours. Il se disait que parler un peu de Keith pourrait également faire son effet.

"- Keith m'a parlé de votre lien si fort, je trouve ça vraiment admirable et si il t'apprécie à ce point, ce n'est sûrement pas pour rien. Et si possible, j'aimerais bien voir une facette de toi moins froide. Même si après ce que j'ai fait, tu ne le voudrais pas, ce que je comprendrais."

Andy n'afficha aucun regret sur tout ce qu'il disait, il avait conscience de tout ça et il tentait le tout pour qu'ils s'expliquent tranquillement.
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Eliott Norels
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2009
Messages: 216
Âge: 19 ans.
Sexe: Masculin

MessagePosté le: Jeu 17 Mar - 00:36 (2011)    Sujet du message: Sous sol du lycée, débarras Répondre en citant

Eliott observait le noireau d'un oeil discret. Visiblement, il n'était pas très résistant au froid et aucun des deux ne portait de veste. En toute logique, le châtain aurait dû retourner à l'internât après le repas et se caler au chaud dans sa chambre pour travailler ses cours ou écouter son colocataire jouer de la guitare. Manque de chance, il se retrouvait coincé là, sans aucune issue, ni même le moindre moyen de signaler leur présence aux sous sols. Il n'y avait rien d'autre que le béton des murs et du sol, des tables et des chaises pourries, et des araignées...

« Dis-moi, pourquoi es-tu venu dans ce lycée ? Tu as un objectif en particulier ? »

L'étudiant fut tout d'abord surpris que le gamin soit encore curieux à son égard, après ses nombreux rejets. Un être humain normal aurait laissé tomber depuis des lustres. Ce gamin là, il était tout de même un peu différent des autres boulets attardés. Comment le qualifier ? Desesperemment attachant ? Peut-être aussi parce-qu'il lui rappelait Steve Hoshi quelque fois, ce petit jeune torturé qu'il avait rencontré au club de dessin au début de l'année. Le jeune homme baissa les yeux sur ses pompes et entoura ses genoux de ses bras.

« Je voulais juste m'éloigner de mes parents, et puis c'est une bonne école. Même si je ne sais pas encore ce que je voudrais faire après ça. »

Là, il avait fait l'effort de sa vie. Répondre à une question sans envoyer ch*er la personne, et qui plus est, répondre honnêtement. Le châtain tourna la tête vers son interlocuteur, qui souriait timidement.

« Sinon tu fais quoi en dehors des cours ? Ne me dis pas que tu fais que travailler non-stop. Tu fais une activité ? »

« Je dirige le club de dessin, pas tellement par plaisir mais bon. On fait avec. » dit-il en souriant à son tour.

Mieux vallait ne pas lui parler de son travail de nuit, après tout ils ne se connaissaient pas vraiment et le petit noireau n'était peut-être pas quelqu'un de confiance. Malgré sa petite tête de niais influencable.

« Keith m'a parlé de votre lien si fort, je trouve ça vraiment admirable et si il t'apprécie à ce point, ce n'est sûrement pas pour rien. Et si possible, j'aimerais bien voir une facette de toi moins froide. Même si après ce que j'ai fait, tu ne le voudrais pas, ce que je comprendrais. »

Ah bon, il parlait avec Keith. Eliott eut un léger pincement au coeur. Est-ce que le brun s'était rapproché du gamin, en si peu de temps ? A croire qu'il était devenu sociable... Et lui jaloux ? Quelle poisse ! Il se gifla intérieurement et se concentra à nouveau sur le microb... Sur Andy.


« C'est pas tellement volontaire. Enfin, je crois. » dit-il en regardant une araignée passer près de ses pieds.

« Tu poses toujours autant de questions ? » ajouta l'étudiant, en tâchant de pas être trop sec dans ses paroles.

Après tout, c'était lui l'associal de service. D'ailleurs, ça se voyait au fait qu'il ne cherchait pas à retourner ses questions à son interlocuteur pour la simple et bonne raison que les réponses ne l'intéressaient pas. Pourtant il avait la motivation de faire un effort. Lentement, le châtain se redressa pour s'étirer. C'est que le froid commençait à lui engourdir les jambes. D'ailleurs, le petit noireau en était réduit à l'état de feuille morte en phase terminale.

« Lève-toi, t'auras moins froid si tu t'asseois sur une table. » dit-il en débarassant une vieille table de ses toiles d'araignées.

_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Andy Dream


Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2011
Messages: 66
Âge: 17 ans
Sexe: Masculin

MessagePosté le: Jeu 17 Mar - 01:52 (2011)    Sujet du message: Sous sol du lycée, débarras Répondre en citant

"- Je voulais juste m'éloigner de mes parents, et puis c'est une bonne école. Même si je ne sais pas encore ce que je voudrais faire après ça."

Dit Eliott avec une voix bien neutre et pourtant, sa réponse paraissait honnête. Andy lui fit confiance sur le coup mais cessera à l'avenir des questions de ce type, il avait remarqué après ces quelques réponses brèves que le bourgeois ne les lui renvoyait pas par curiosité, sûrement qu'il s'en fichait du cadet.

"- Je dirige le club de dessin, pas tellement par plaisir mais bon. On fait avec."

Affirma-t-il en souriant à son tour. Malgré tout, il avait réussi à lui faire décrocher un sourire, inconsciemment ou pas, le résultat était le même et ça suffisait amplement à soulager le jeune Dream. Club de Dessin, hein... Alors comme ça il dirigeait ce fameux Club ? Enfin une chose que le plus jeune ignorait totalement, celui de Journalisme lui en avait caché finalement. Mais d'ailleurs... Pourquoi voulait-il s'éloigner de ses parents ? Etait-il malheureux là où il était ? Allez savoir... Bizarrement, Andy avait de la peine pour son aîné... Quelque chose semblait clocher. 'Fin bon, si il refuse d'en parler, autant ne pas insister, à quoi bon si c'est pour qu'il s'énerve au final ? Surtout qu'ils devraient plutôt bien s'entendre pour mieux se supporter durant ce séjour qui promettra.

"- Tu poses toujours autant de questions ?"

Demanda-t-il d'un ton non pas sec mais pas non plus chaleureux. Andy parlait sûrement trop... Il fera attention à l'avenir. Il se tut et ne dit plus rien pour le moment. Cette réflexion lui aura coûté le silence, apparemment, c'est ce qu'il cherchait à lui faire comprendre mais pas de manière agressive, brutale ou méchante. Soudain, le bourgeois s'étira tel un chat après une bonne sieste avant de se lever et de dire au cadet devenu muet...

"- Lève-toi, t'auras moins froid si tu t'assoies sur une table."

Dit-il en débarrassant une vieille table de ses toiles d'araignées et de la poussière qui s'amusaient à s'y incruster depuis tout ce temps. Quelle misère... Si il fallait tout nettoyer, ce serait interminable. Ca n'a pas été blanchi depuis bien longtemps, ça se voit de suite... Limite si on pourrait y décrocher toutes les toiles qui implantaient un décor sanglant bon pour la fête d'Halloween.

"- Hum... Tu as raison, je suis complètement gelé... !"

Ajouta le cadet tout en ricanant légèrement tout en frottant ses bras grâce à ses mains opposées. Andy se leva à son tour, secouant une jambe après l'autre pour y dégager les fourmis qu'il avait dans ses membres, à force de rester sans bouger, voilà ce qui arrive et ça avait tendance à beaucoup le déranger. Après ce petit numéro peu discret, il marcha jusqu'à cette table à peu près propre puis s'y assoit tranquillement.

*Pourvu qu'elle ne tombe pas en ruine...*

Pensa-t-il d'un air un peu agacé par cette situation que personne ne voudrait vivre, sauf bien sûr, avec celui ou celle qu'on aime. Mais bon, le romantisme ne serait pas trop présent. Il jetait de rapides regards dans la direction de Eliott. C'est vrai qu'il est séduisant mine de rien... Au point d'avoir du mal à ne plus le quitter des yeux et admirant son visage telle une belle fleur qu'il aurait enfin découvert.

"- C'est vrai qu'il est canon..."

Murmura-t-il à voix très basse et en restant les yeux rivés sur lui. Son cerveau était comme déconnecté, il ne pensait plus à rien, il se figea quelques secondes avant de se rendre compte qu'il fixait celui qui le déteste depuis tout à l'heure et bien entendu, ce qu'il venait de lui dire... !

*Putain, le con !*

Pensa-t-il en se maudissant à un point inimaginable... Dieu merci c'était avec un volume de voix très minimal, ce qui augmentait les chances pour que son aîné n'ait rien entendu, en priant pour qu'il n'ait pas l'ouïe fine. Ca promet comme image qu'il essayait de donner tant de bien que mal... Il était devenu rouge comme une pivoine puis changea de direction son beau regard bleu rêveur. Il regardait l'environnement qui l'entourait et eut un second frisson qui ne présageait rien de bon.

"- Parfait pour un film d'horreur... !"

Ajouta-t-il pour rompre le silence qu'il espérait ne jamais devoir couper à nouveau, surtout après sa boulette. Puis, il entendit un craquement, pourtant il n'a pas grossi, enfin... Il croit. En tout cas, Andy voyait les efforts que faisait Eliott vis à vis de lui pour lui montrer que ce n'est pas qu'un type bourré de frics et sans coeur. Au contraire, le cadet a pu enfin voir un peu de gentillesse dans tout ça et d'attention. Par contre, le petit noireau eut un mauvais pressentiment qui risque de se concrétiser très bientôt... Quelques minutes après, il entendit de nouveau un craquement et la table finissait par se fendre en deux. Il tomba brutalement, les fesses sur le sol.

"- Raaah quelle camelotte !"

S'écria-t-il tout en toussant comme tout à l'heure mais en pire, à cause de la poussière qui prenait place dans toute la pièce humide et glaciale. Décidément, il n'y en avait que pour lui... Mais pas en bien malheureusement. Il se releva en se tenant le dos puis ricanant sur le coup, se sentant limite comme un vieux avec une telle posture. Ca ne pouvait que l'amuser en imaginant la tête qu'il doit avoir puisqu'il a de la poussière partout sur lui ainsi que dans ses cheveux, ce qui lui donnait de faux airs d'homme âgé bon pour la retraite et un peu cassé de partout.
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Eliott Norels
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2009
Messages: 216
Âge: 19 ans.
Sexe: Masculin

MessagePosté le: Jeu 17 Mar - 11:17 (2011)    Sujet du message: Sous sol du lycée, débarras Répondre en citant

« Hum... Tu as raison, je suis complètement gelé... ! » ajouta le brun en ricanant légèrement.

Eliott s'en retourna à son inspection de la pièce, tant bien que mal étant donné le niveau d'obscurité élevé. A vrai dire, la seule lumière dont les deux jeunes hommes bénéficiaient n'était rien d'autre que celle qui passait sous la porte. D'ailleurs... cet espace là devait bien faire presque deux centimètres.
Le châtain inspecta la porte en métal d'un peu plus près mais se stoppa nettement dans ses reflexions intérieurs. Une idée lumineuse lui traversa l'esprit.

« C'est vrai qu'il est canon... »

L'étudiant se tourna vers le noireau qui avait dit quelque chose dans sa barbe. Mais quoi, il ne le savait pas. Il était à ce moment là, un peu trop occupé à chercher un moyen de sortir, pendant que d'autres rêvassaient. Il put s'appercevoir que le gamin le fixait. Le fixait mais, pas exactement comme quand il l'espionnait à la bibliothèque. Quoi ? Il avait quelque chose sur le visage ? Mis à part ce bleu sur sa pomette, mais tout de meme, il n'était pas défiguré. Avait-il laissé des traces de sang sous son nez ?

* Bon sang, qu'est ce qu'il a ? *

Eliott se mit à le fixer à son tour. En fait, Andy était plutôt déconnecté de la réalité mais il reprit soudainement ses esprits. Son visage devint rouge, pour ne pas dire très rouge et il détourna son regard, faisant mine de regarder tout autour de lui.

« Parfait pour un film d'horreur... ! »

Eliott ne put retenir un léger rire face à ce comportement des plus suspects. Décidemment, ce gosse était vraiment bizarre. Bon, ok, à y regarder de plus près : tendrement bizarre. Ou quelque chose dans ce genre là. Il décida de revenir à son idée et de partir à la recherche d'une chaise à l'aspect plus solide que les autres. Si son idée était bonne, ils allaient pouvoir sortir d'ici en moins de deux. Mais difficile de trouver quelque chose de convenable dans ce tas de déchets.

Quelques minutes plus tard et tandis que le châtain fouillait le débarras, un craquement se fit entendre suivit d'un énorme bruit de fracas. L'étudiant se tourna rapidement pour y voir un Andy Dream recouvert de poussière, les fesses entre deux morceaux de bureau.

« Raaah quelle camelotte ! » s'écria t-il en toussant.

A ces mots il se redressa en se tenant le dos. Eliott ne put encore une fois s'empêcher de rire, bien qu'il y mit plus de coeur cette fois-ci. Il porta une main à sa bouche et tenta de se calmer. Ce gars là, il n'avait vraiment pas de chance. Le châtain se dirigea vers lui et lui passa une main dans les cheveux pour retirer la poussière. C'est qu'il y en avait beaucoup dans sa tignasse, son autre main vint amortir une quinte de toux. Une fois la poussière retirée, il laissa sa main glisser jusqu'à l'épaule du petit brun et s'abaissa légèrement pour mettre son visage à hauteur du sien.

« Tu t'es fait mal ? » demanda l'étudiant en souriant gentiment.
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Andy Dream


Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2011
Messages: 66
Âge: 17 ans
Sexe: Masculin

MessagePosté le: Lun 21 Mar - 19:08 (2011)    Sujet du message: Sous sol du lycée, débarras Répondre en citant

Andy était complètement dans les nuages, ce que le bourgeois avait bien remarqué malgré cette pièce sombre, froide et peu rassurante. Une fine couche lumineuse prenait quelque peu le dessus mais elle n'était pas très envahissante. Quel dommage. Eliott s'empressa de trouver une solution pour les sortir de cette affaire mais ça ne sera pas évident. Tout semblait tomber en ruines, ce que le jeune Dream prouva sans le vouloir. En effet, après s'être installé sur une table qui grinçait sous le poids du cadet, elle finissait par s'écrouler au bout de quelques minutes. Paix à son âme, oui. Par contre, le noireau ne le voyait pas sous forme d'humour, il s'était fait un peu mal au dos ainsi qu'au postérieur sur le coup, décidément, ce n'était pas sa journée. Même si ça ne change pas beaucoup par rapport à d'habitude.

La seule personne l'accompagnant dans cette situation peu profitable commençait à ricaner mais tentait de les étouffer via sa main, peut-être par respect pour ce pauvre "porte-poisse". Pourtant, quelque part, rien qu'en entendant ces rires qui paraissaient si rares, cela pouvait estomper les douleurs que ressentait Andy. Sûrement parce que ça l'enchantait de voir son interlocuteur moins distant et de meilleure humeur. Allez savoir. Le bourgeois se calma enfin mais ne quitta pas ce petit sourire si agréable à contempler sur son visage d'une pureté inégalée. Il se baissa pour arriver à la hauteur du plus jeune, ce dernier étant toujours à terre et maintenant perturbé.

"- Tu t'es fait mal ?"

Demanda-t-il avec gentillesse, comme si il avait oublié la rancoeur qu'il avait envers le cadet, ce qui avait pour effet de lui rendre le sourire à son tour, apparemment c'était contagieux. Le jeune Dream se releva avec l'aide de son aîné qui lui avait fait disparaître tout le gris qui le faisait paraître âgé dans sa tignasse noire corbeau. Il se baissa un peu pour atteindre ses genoux puis les frotta ainsi que tous ses vêtements recouverts par la poussière du siècle dernier. Ca avait du mal à partir mais avec persévérance, ce fut le cas. Plus aucune trace n'était apparente, ou du moins un peu mais pas au point que ça soit tape-à-l'oeil. Il se mit à nouveau bien droit avant de regarder son aîné dans les yeux avec timidité.

"- Ca va aller, ne t'inquiète pas."

Dit-il après ces quelques minutes de silence radio. Il en profita pour rajouter un petit...

"- Et... Merci, Eliott."

Ajouta-t-il avec le même timbre de voix bien faible mais sincère. Son aîné semblait avoir eu une idée pour les tirer de là avant que le meuble ne se soit fracassé allant à l'état de miettes. Mais quoi ? Etait-ce possible ? Même si Andy se disait que rien était impossible à chacune de ses situations, là c'était plutôt différent puisque c'était vraiment un enfermement sans réelles issues. Pour récapituler... La porte était dure et apparemment impossible à briser, aucune poignée du côté intérieur, les meubles deviennent des bouts de bois inutiles quand on s'apprête à les utiliser, ce lieu est totalement clos et personne ne peut les entendre hurler.

"- Au fait, du nouveau pour trouver une échappatoire digne de ce nom ? J'ai fait le tour du sujet et je n'ai pas trouvé grand chose..."

Avant ces petits incidents tel que le coup de l'araignée tueuse et la table qui s'effondre, Andy avait eu le temps de faire le tour des lieux mais rien de très utile. Tout était sur le point de tomber en pluie de poussières et en bouillie de bestioles. Le reste est à voir... Mais pour lui, du moins, pour le moment, ce n'était pas vraiment possible de trouver une sortie de secours.
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Eliott Norels
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2009
Messages: 216
Âge: 19 ans.
Sexe: Masculin

MessagePosté le: Lun 21 Mar - 23:34 (2011)    Sujet du message: Sous sol du lycée, débarras Répondre en citant

« Au fait, du nouveau pour trouver un échappatoire digne de ce nom ? J'ai fait le tour du sujet et je n'ai pas trouvé grand chose. »

Eliott sourit à la remarque du noireau. Il avait plutôt fait le tour de la table et des araignées, non le tour du sujet. Mais qu'importe. Il posa son regard bleu dans celui du gamin et tenta de lui exposer son idée.

« Cette porte n'a pas l'air très lourde. A vrai dire, je pense qu'elle est creuse. Une sorte de porte coupe-feu, tu vois le genre ? » dit-il en se saisissant d'une chaise.

Le châtain inspira longuement avant d'envoyer la chaise s'exploser violemment contre la porte. Le bois vola en éclat tant et si bien qu'il ne resta dans ses mains que la structure metallique de la chaise. Eliott placa une partie de celle-ci sous la porte pour en faire une sorte de levier, en prenant soin de bien la caler. Il fit signe à Andy de s'approcher et lui tendit l'autre morceau.

« On va forcer sur la structure pour la fragiliser. Quand j'aurai commencé à forcer tu devrais avoir assez d'espace pour placer un autre levier entre deux gonds. Tu es prêt ? »

C'est parti pour casser la baraque. Certes, c'était peut-être une technique de voyou mais au fond ce n'était pas si bête. Déjà parce-que la fameuse porte ne semblait pas être l'originale. Vu l'état du local, l'étudiant n'était pas étonné qu'elle ait pu tomber en miettes et être remplacée par le premier déchet trouvé. En l'occurence, un semblant de coupe-feu... Ne pouvant être ouvert que de l'extérieur, le lycée avait dû bloquer l'accès au débarras avec un cadenas ou quelque chose dans ce genre là. Pas besoin de porte blindée pour une salle remplie de chaises et de tables poussiéreuses. Ce qui voulait dire, de toute évidence, qu'ils ne seraient pas embêtés pour la faire tomber.

Suant à grosses goûtes, Eliott poussa le levier de toutes ses forces. En effet, un léger craquement se fit entendre et Andy put enfin placer son levier entre les deux gonds du bas.

« Vas y, tire ! »

Après quelques secondes interminables d'efforts surhumains, un craquement plus important se fit entendre tandis que le gond du bas se détacha du mur en placoplâtre. Le deuxième céda enfin sous la force des deux garçons, laissant un espace concidérable s'ouvrir brutalement sur le côté. Eliott bascula en arrière et s'écrasa au sol alors que le soulèvement de la porte décoinca son levier. Il jeta un oeil au massacre et laissa sa tête retomber au sol en soupirant nerveusement, la respiration saccadée.

* Bon sang, ça a marché. *

Mais ce n'était pas le moment de se reposer. Eliott avait la conviction que le gros attardé n'avait pas l'intention de le laisser moisir ici toute la nuit. Après tout, il ne lui avait fait qu'un bleu et vu le genre de gorille, il ne serait pas satisfait avant de l'avoir défiguré.
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Andy Dream


Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2011
Messages: 66
Âge: 17 ans
Sexe: Masculin

MessagePosté le: Mer 23 Mar - 23:35 (2011)    Sujet du message: Sous sol du lycée, débarras Répondre en citant

Andy pouvait à nouveau voir un léger sourire de la part de son interlocuteur, comme d'habitude, contagieux. Le bourgeois exposa son idée tout en exécutant sa prise en main avec la chaise encore stable et entière. Prions pour qu'elle tienne bon si il compte sur la résistance de celle-ci.

"- Cette porte n'a pas l'air très lourde. A vrai dire, je pense qu'elle est creuse. Une sorte de porte coupe-feu, tu vois le genre ?"

Et en une fraction de seconde, il la percuta violemment contre la porte de fer. Il ne restait que la partie métallique de la chaise après l'impacte, des éclats de bois volaient dans tous les sens et apparemment, c'était prévu ainsi. De toute manière, tenter de s'échapper en utilisant les meubles de cette pièce ne serait pas très utile puisqu'ils deviennent de la poussière ou bien des copeaux bien insignifiants.

Eliott prit le morceau de métal qu'il plaça sous la porte dont une partie restait sans utilisation. C'est à ce moment qu'Andy fit son entrée en donnant un coup de main au bourgeois dont son imagination n'était pas des plus décalées. Le premier bout étant bien mis comme il fallait, il tendit le second au cadet qui attendait les instructions de son aîné ingénieux.

"- Hum ?"

"- On va forcer sur la structure pour la fragiliser. Quand j'aurai commencé à forcer tu devrais avoir assez d'espace pour placer un autre levier entre deux gonds. Tu es prêt ?"

Il prit le morceau et attendit que son aîné lui donna le signal, il n'en pouvait déjà plu de cet endroit, surtout des araignées et ferait tout ce qu'il faut pour s'en sortir aussi vite que possible. Le petit noireau ne disait rien, il est prêt à suivre les consignes en silence et avec soin, sans broncher. Son impatience était toujours aussi peu discrète d'ailleurs mais il tenta malgré tout de la cacher pour ne pas agacer le bourgeois ni le déconcentrer dans son idée. Peu après qu'il ait sué comme un porc en poussant le levier de toutes ses forces, le châtain lança le coup d'envoi pour que le cadet s'y mette enfin.

Il plaça son évier entre les deux gonds du bas puis se mit à tirer à son tour suivit de l'ordre de son aîné trempé jusqu'aux os. Un craquement léger et peu voyant se faisait déjà entendre, on sentait bien que malgré le corps svelte d'Eliott, il avait une certaine force qu'on ne pourrait pas imaginer de lui. Andy pensait qu'il était du genre à ne pas vouloir se salir les mains alors qu'il est prêt à suer sang et eau jusqu'à ce que ses objectifs soient atteints et qu'il en soit satisfait. Un nouveau trait que le cadet venait de connaître de son aîné, ce qui était loin de lui déplaire.

Le plus jeune devenait rouge sous ses efforts et il commençait à transpirer à son tour. Il tira comme un acharné jusqu'à ce que ça lâche prise, ce qui arriva après une poignée de secondes bien justifiées. Un nouveau craquement atteignit l'oreille des deux jeunes hommes ce qui était bon signe. Ils continuaient puis le gond céda, cela permit une ouverture importante, le billet de sortie est arrivé ! Après l'effort, Eliott se laissa tomber en arrière pour reprendre sa respiration saccadée, Andy se mit en posture assise, les deux mains derrière lui et posées sur le sol pour ne pas qu'il tombe à son tour. Ils étaient vidés mais ce n'était pas le moment pour se reposer, il fallait s'en aller avant que les ennuis ne reprennent le dessus.

"- Euff, euff... Il faudrait peut-être qu'on se tire, non ? Euff..."

Demanda-t-il le cadet en souriant mais en restant méfiant. Ne jamais crier victoire trop vite. Il se leva le premier pour atteindre la sortie de la pièce, il attendit Eliott puis monta les escaliers jusqu'à ce qu'une surprise leur retira un soupir de soulagement pour une tête désespérée. Deux autres gignoles ,apparemment pas très sympathiques descendaient au même moment les marches. Ils étaient séparés de quelques pas mais n'étaient pas si éloignés que ça. Qu'est-ce qui allait leurs arriver cette fois ?

*Eh merde... !*



_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Eliott Norels
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2009
Messages: 216
Âge: 19 ans.
Sexe: Masculin

MessagePosté le: Jeu 24 Mar - 00:42 (2011)    Sujet du message: Sous sol du lycée, débarras Répondre en citant

« Euff, euff... Il faudrait peut-être qu'on se tire, non ? Euff... » proposa leb noireau, à bout de souffle.

Il approuva d'un hochement de tête et se redressa. Eliott se faufila dans la sortie fraichement ouverte et rencontra quelques difficultés, après tout il était bien plus grand que la crevette qui le précedait. Il inspira profondement l'air du sous sol. Air humide mais bien moins poussiéreux que celui du débarras.
Le pas rapide, les deux garçons marchèrent vers la sortie lorsqu'un rire gras et des bruits de pas se firent entendre. Le châtain se doutait bien que la grosse brute n'allait pas rester sur sa faim. Il se mordit la lèvre nerveusement.

« Hey, Marcus, Hugues, regardez. Ils essayent de manquer notre petite fête. »

* Une fête ? *

L'armoire à glace était accompagné de deux lascards, certes moins imposants que lui mais un air tout aussi mauvais affiché aux visages. Ca ne sentait pas bon, et dans tous les sens du terme. Sa main vint attraper celle du petit brun et le tirer derrière lui. Machinalement, il recula au fur et à mesure que les trois gorilles s'approchaient.

« Ca protège son amoureuse. » dit un des gars en ricanant comme un porc.

Celui-ci avait les cheveux très courts dressés en pointes sur sa tête et portait un pull rouge. D'ailleurs il avait une tête à s'appeler Marcus. L'autre gars, celui au débardeur blanc crasseux, il n'avait vraiment pas l'air très futé et se cherchait des crottes de nez avec beaucoup d'intérêt en riant à la blague de son pote comme un attardé. Il n'avait peut-être pas la trouille, mais Eliott était au moins sûr d'une chose : il allait encore en manger plein la face. Il ne les connaissait même pas. Bon, il y avait tout de même un point plus ou moins positif, pour sa chemise c'était déjà reglé. Elle était déjà foutue. Il allait vraiment falloir qu'il apprenne à se battre, ça commençait à devenir urgent.

Un pas en arrière plus tard, l'attardé prénommé Hugues se précipita sur eux et vint attraper brutalement le bras de Andy. Violemment, il le tira vers lui et lui administra une gifle monumentale. Le châtain retint sa respiration et tenta de ne pas montrer son inquiétude vis à vis de son petit compagnon. Certes, c'était une minuscule crevette parlante doublé d'un déséquilibré mental, mais il ne lui souhaitait pas du mal pour autant. Après tout, il s'était montré aimable plutôt dans le débarras, malgré les nombreux rejets de son ainé.

L'armoire à glace, toujours anonyme, semblait observer les réactions de l'étudiant. Il fit un geste vif de la tête accompagné d'un sourire sadique et son présumé larbin infligea un violent coup de pied à l'estomac du noireau. Eliott serra les dents et tenta de se précipiter au secours du jeune garçon.
Le gars prénommé Marcus le stoppa net dans sa démarche et le plaqua contre le mur froid.

« Pas bouger le bourge. »

« Alors Norels, t'as laissé ton chien-chien à la niche pour sortir avec cette minette ? » dit-il en approchant son visage du sien.

Ni une, ni deux, Eliott porta violemment son genoux dans les parties intimes de cette vermine qu'il se plaisait à surnommer : King Kong. Le dit King Kong se crispa brutalement en se tenant les testicules, la bave aux lèvres. Un cri rauque raisonna dans le sous-sol. Seulement, ce geste s'en suivit d'un coup de poing dans la cage thoracique. Le châtain sentit son souffle se couper et son regard se posa au sol.

« Sale fils de p*te !!! » hurla le gorille en crachant par terre.

« Va te faire f*utre... » rétorqua l'étudiant, fébrile.

« Tu vas pas faire le malin longtemps. Met sa petite copine en pièces Hugues ! »

Et l'attardé ne se fit pas prier. Les coups pleuvaient sur son corps. Eliott tenta de se dégager de la prise du larbin mais sans succès. Qu'il se sentait faible, inutile. Si seulement Keith était là. Mais pourquoi ? Pourquoi n'était-il pas capable de se débrouiller sans le voyou ?

« Andy... ! »

« Ferme là ! » le coupa le gros lard en lui foutant une gifle.

Le châtain resta silencieux quelques secondes, les yeux dans le vague tandis que les nerfs lui montaient dangereusement. Pour ne pas dire que cette situation commençait sérieusement à lui taper sur le système. Là, s'en était trop. Ces bouseux s'en prenait à lui sans arrêt depuis son altercation avec le président du club de journalisme. Et maintenant il s'en prenait aussi aux gens qui se trouvaient dans son périmètre, aussi gamins soient-ils. Il était définitivement hors de question qu'il se laisse victimiser par des êtres inférieurs de ce genre là. Son poing se serra et son coude vint s'écraser contre le ventre de la vermine qui le tenait. Une fraction de seconde plus tard, c'était son poing qui s'écrasait contre son nez. Eliott sentit une faible décharge lui parcourir le bras, ça faisait mal de cogner. Il ne comprenait vraiment pas pourquoi Keith adorait faire manger des mandales aux autres. Il envoya King-Kong valser au sol et se dirigea vers l'attardé qui tabassait encore le petit brun. Hugues tourna la tête rapidement alors que Eliott empoigna son bras fermement.

« Dégage, minable. » dit-il, sèchement.
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Andy Dream


Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2011
Messages: 66
Âge: 17 ans
Sexe: Masculin

MessagePosté le: Jeu 24 Mar - 02:05 (2011)    Sujet du message: Sous sol du lycée, débarras Répondre en citant

La lumière allait enfin être à leur portée... Mais un léger détail arriva tel un cheveux sur la soupe. Deux gaillards étaient au premier plan tandis que le géant de tout à l'heure était de retour, sûrement des sbires en plus. Décidément, il ne sait pas avaler une défaite et préfère tricher en appelant des amis à lui. Ou alors, une idée à Jean-Eud, bien borné celui-là... Quoiqu'il en soit, l'heure n'est pas à rêvasser mais plutôt à trouver un moyen pour se tirer de là.

"- Hey, Marcus, Hugues, regardez. Ils essayent de manquer notre petite fête."

*Hein ? De quoi parle-t-il ?*

Les ennemis avançaient, Andy était à l'avant mais sentit une main se glisser dans la sienne pour l'attirer en arrière, ce qui était en effet préférable. Merci Eliott ! Le cadet restait sur ses gardes, ils n'avaient pas l'air commodes ni du genre à faire un brin de causette. L'un semblait pas très futé et plutôt rentre dedans comme le meneur alors que le second paraissait moins patient et se léchait les lèvres tel un chien devant sa gamelle ou devant un bel os tout frais tout en fixant le plus jeune. Ce dernier, en le regardant, fit un rictus de dégoût et se mit un peu à trembler.

*Putain, encore des psychopathes... !*

"- Ca protège son amoureuse."

Ajouta un des gars en ricanant bêtement en voyant les deux jeunes hommes reculer pour ne pas être attrapés par surprise. Leur goût vestimentaire laissait à désirer ainsi que leur look complet. Quelle négligence et qu'elle puanteur ! Ils étaient si sales et crasseux que leur odeur corporelles, à eux trois réunies, avait de quoi asphyxier Eliott et Andy. Le bourgeois se montrait protecteur vis à vis du cadet, ce qui avait le don de toucher celui-ci, mais ne le montra pas, rien qu'en l'ayant appelé "son amoureuse" ça lui avait suffit pour être comparé à une fille.

Il était bien énervé mais tenta de se calmer en se crispant sur sa propre veste noire. Soudain, après ce silence pesant et ces jeux de regards peu rassurants, l'un des deux, nommé Hugues, s'avança rapidement jusqu'à eux et attrapa Andy par le bras avec peu de tact et beaucoup de brutalement. Il l'attira vers lui après lui infliger une gifle dont le cadet ne démontra aucune expression de douleur alors qu'elle était pas mal furtive. Le petit noireau se mit à montrer de la rage dans son regard en défiant celui de son agresseur, il ne déclina aucun mouvement et tourna la tête jusqu'à pouvoir voir Eliott, lui adressant un petit sourire pour essayer de le rassurer et qu'importe ce qui arrivera, il faut toujours y croire.

Une pluie de coups lui tomba propre et net dans le visage ainsi que dans l'estomac, pourtant, rien ne se laissait paraître sur son adorable bouille angélique. Puis, Hugues s'arrêta pour apparemment laisser place à son Chef qui s'approcha, toujours en tenant bien Andy bien droit, il lui donna un violent coup de pied dans son ventre après avoir vu le visage inquiet et crispé du châtain qui semblait avoir du mal à la camoufler malgré les efforts fournis. Eliott n'en pouvait pu et en serrant les dents, il tenta de se précipiter à la rescousse du cadet brutalisé. L'homme sbire l'en empêcha en s'interposant et stoppant le bourgeois dans son action en le plaquant contre le mur glacial.

"- Pas bouger le bourge."

"- Alors Norels, t'as laissé ton chien-chien à la niche pour sortir avec cette minette ?"

Ajouta King Kong en approchant son visage du sien avec sadisme et plaisir à le rabaisser comme un insecte. Eliott se défendit en lui portant un coup de genou dans la partie la plus sensible de l'homme ainsi que sa "fierté". Le gorille était soumis par la douleur et se laissa tomber comme une mauviette en crachant et bavant à en inonder le sol. Le bourgeois était à son tour déstabilisé. Après ces échanges d'insultes pas très affectives, le gorille lança avec rage à un de ses sbires...

"- Tu vas pas faire le malin longtemps. Met sa petite copine en pièces Hugues !"

"- Oh mais avec joie !"

Dit-il en regardant sa victime avec perversion dans le regard, suivit d'un grand sourire et de son coup de langue habituel parcourant ses lèvres.

"- Héhé, on va bien s'amuser toi et moi mon petit... Andy, hein ? ... Oh mais j'ai mieux comme idée !"

*Hein ?! Quoi ?!*

Sans plus attendre, après ces mots, il sortit un couteau et le pointa vers Andy en continuant son éternel sourire de gros dégueulasse. Le cadet serra les dents en rétorquant d'un regard rempli de rage et d'une expression de dégoût. La lame frôla la joue rougie puis descendit tout doucement. Hugues déshabilla Andy en lui découpant ses vêtements avec envie et impatience. Après ça, le cadet se retrouvait torse nu, encore un peu de sa veste pu trop valable pendait de ses bras. Ne bougeant pas et paralysé par la peur, l'agresseur en profita avec plaisir. Il caressa la peau du jeune garçon avant de la lécher et en le parcourant avec de la bave au coin de la bouche. Il recula son visage et coupa le bouton gênant de son pantalon avant de le baisser rapidement. Il se joua de sa lame en l'approchant de l'intimité du cadet. Hugues sentait la peur et l'humiliante situation dans laquelle il met le jeune Dream, ce qui l'excitait d'autant plus. Il prit vraiment goût à tout ce qu'il faisait, sous les yeux de Eliott. Les deux jeunes victimes étaient chacune impuissante. Hugues arracha le caleçon de sa fraîche proie puis lui souleva une jambe bien haute. Juste avant, il avait retiré également sa braguette, sa v*rge mise en évidence et déjà toute durcie. Andy paniqua et tenta de se débattre mais s'arrêta en voyant la menace du couteau proche de son coup. Il se mit en se mordre sa lèvre inférieure en fermant les yeux. Hugues plaça le cadet à bonne hauteur pour commencer sa petite affaire qu'il s'empressa de démarrer en ricanant avec monstruosité. Il entra en lui à sec et prêt à le bourrer de vas-et-viens en bavant sur sa victime et gémissant comme un porc. Andy ne pouvait retenir ses larmes et d'ouvrir ses yeux en grands en ayant sentit le s*xe de son agresseur aussi brutalement, il se sentait tellement humilié et la douleur des coups portés était bien trop intense pour lui... Il gémissait lui aussi mais de souffrance, au point d'hurler mais il essaya de garder sa dignité tout de même. Il referma ses yeux le plus fortement possible en pleurant à chaudes larmes.

*Pitié... Faîtes que... Ca s'arrête... Pitié... !*

Pensait-il en continuant de vouloir nier les faits alors qu'ils sont bien là. Il priait de toutes ses forces jusqu'à ce qu'on réagisse... Mais c'était trop tard... Hugues se vida complètement les t*sticules à l'intérieur d'Andy en poussant un soupir de plaisir intense. Précoce le gars. Le cadet se laissa tomber comme une pauvre chose, ne bougeant pu et ouvrant à moitié ses yeux. Il entendait des ricanements de tous les côtés. Même la seconde tentative de Eliott de sauver son compagnon était un échec pur et simple... Il était bastonné par les deux autres agresseurs et Hugues avait donc eu le temps de commencer tranquillement puis d'assouvir son fantasme répugnant. Andy ne savait plus où il était, il tremblait de partout et semblait aussi résistant qu'une fourmis maintenant. Qu'est-ce qui va arriver maintenant ?
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Eliott Norels
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2009
Messages: 216
Âge: 19 ans.
Sexe: Masculin

MessagePosté le: Jeu 24 Mar - 03:02 (2011)    Sujet du message: Sous sol du lycée, débarras Répondre en citant

Empoignant le bras du gars au débardeur blanc crasseux, l'étudiant fut rapidement rattrapé par King-King et son larbin puant. Très vite, ils le plaquèrent au sol en le rouant de coups, à trois ou quatre mètres seulement du jeune Andy et de son agresseur. Les yeux du châtain s'ouvrirent de stupeur lorsqu'il constata ce qu'il était en train de se passer. En effet, Hugues venait de sortir un couteau suisse et s'en servait pour menacer le noireau et déchirer ses vêtements.

« Hahaha regarde ça Marcus ! Une vrai p*dale ce Hugues, comme ces deux là !!! »

L'étudiant tenta de se dégager mais la main puissante du gorille appuya sur son épaule pour le maintenir au sol. Il approcha sa bouche de son oreille et murmura d'un air sadique.

« Regarde ça, c'est pas mignon ? »

« Arrêtez b*rdel, vous êtes complètement malades ! Arrêtez ça ! » cria t-il, le coeur serré.

Au fil des secondes, l'angoisse prenait le dessus, inévitablement. Si bien que sa respiration se fit de plus en plus difficile. C'est impuissant qu'il assista à l'humiliation de Andy, un gosse qui n'avait rien demandé, qui voulait simplement présenter ses excuses et se débarasser de ses remords.
Et le cauchemar commenca, d'abord par des caresses dégoutantes, et très vite l'agresseur se trouva prêt à commettre l'irreversible. Serrant les dents, Eliott détourna le regard. Il ne voulait pas voir ce gamin se faire démolir. Cependant, Marcus le saisit par les épaules et le redressa pour le mettre à genoux. Une main s'aggripa dans ses cheveux pour maintenir sa tête.

« Allez Norels, sois pas timide, rince toi l'oeil ! »

« Je voudrais pas que t'en rate une seule miette. » ajouta King-Kong, d'une mauvaise voix.

Cette fois, c'était évident. Il voulait le démolir, physiquement, psychologiquement. Pourquoi ? Aucune idée. L'altercation avec le président du club de journalisme n'était pas tant une raison valable. D'autant plus que le gorille n'était pas directement concerné. Sans doute que sa tête ne lui revenait pas. En tout cas il avait gagné. Il était en train de le démolir psychologiquement, et sous la menace il devait assister impuissant à cette scène sordide. Son regard se posa sur les larmes de Andy, qui fermait les yeux en attendant que cela cesse. Le châtain se mit à trembler comme une feuille. Jamais il ne pourrait se pardonner d'avoir mêler ce gamin à cette histoire. A quoi allait bien pouvoir ressembler la vie de Andy après ces actes monstrueux ?
Ce n'est que difficilement qu'il résista à l'envie de pleurer. Il n'avait pas le droit de baisser les yeux et d'ignorer la souffrance que le petit brun était en train de subir.

L'agression ne dura pas si longtemps, cinq minutes, peut-être sept. Dans son malheur, Andy avait de la chance puisque le monstre était précoce. Mais du point de vue de la victime, ces quelques minutes avaient dû être interminables. Ricanant comme un alliéné à la vue du gamin se faisant souiller, King Kong jeta un oeil au visage du châtain et ouvrit de grands yeux ronds en voyant que ce sale fils de bourges avait les larmes aux yeux.

« Noooon ! Ca te rend si mal que ça de pas être passé en premier sur cette petite trainée ? Bwahahahaha ! »

Eliott serra les dents et se débattit violemment, envoyant un coup de tête à Marcus. En une fraction de seconde il envoya son poing dans le nez du gros brun, lui cassant le nez dans un bruit sinistre de craquement d'os. Il se jeta ensuite sur l'agresseur de Andy qui remontait sa braguette en sifflant et le plaqua au sol. Le choc de la chute lui fit lâcher son couteau qui glissa un peu plus loin. A cheval sur l'ordure humaine et la respiration saccadée, les mains du jeune homme se serrèrent autour de sa gorge. Il voulait le voir mourir, là, maintenant.

« Enf*iré... ENF*IRE !!!! » hurla t-il en resserant la pression sur le cou de la sal*perie vivante.

Hugues fit des bruits étranglés et tenta de retirer les mains du châtain. Ses pieds battaient violemment au sol, il enfonca ses ongles dans les avants bras du châtain à lui en arracher la peau, sans succès. Le regard fou, Eliott resserra la pression une nouvelle fois. Il fallait qu'il meurt, peu importe comment, peu importe qu'il souffre. Il fallait juste qu'il paye son crime de sa vie. Sa misérable petite vie de cancrelas insignifiant. Quelle honte de s'amuser en détruisant un gamin, le souillant pour assouvir ses propres pulsions. Perversité. Inhumanité.

Marcus et King-kong se précipitèrent au secour de leur complice, envoyant des coups de poings dans les côtes et le visage. Là, fallait pas pousser mémé dans les orties, il lâcha prise et se fit battre violemment. Il étouffa un gémissement de douleur et tenta de se relever pour repasser à l'attaque. Un coup de pied dans la machoire le ramena à terre alors que sa bouche se mit à saigner. A qui était ce pied ? Aucune idée, à force de recevoir des coups il n'arrivait plus tellement à dicerner les choses.

* Andy... Pardon... Pardon ! *
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:36 (2018)    Sujet du message: Sous sol du lycée, débarras

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Anthem School Index du Forum -> Anthem School : L'intérieur du lycée. -> Le hall et les couloirs. Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom